Crimes et châtiments du stockage midrange

Partager :
Copied!

Les plateformes de stockage milieu de gamme font toutes des concessions qui aboutissent inévitablement à des désagréments pour les entreprises. Il est temps d’introduire un nouveau chapitre.

Un des principaux sujets qui a animé les conversations cette année est que nous vivons dans un monde où la transformation digitale départage les gagnants et les perdants et où la donnée est devenue le bien le plus précieux des organisations. La donnée alimente de nouveaux produits et services, des applications nouvelle génération et de puissantes technologies de rupture, comme l’intelligence artificielle ou l’internet des objets. Et ce, quelle que soit la taille de l’organisation.

Les petites et moyennes entreprises sont confrontées aux mêmes problématiques de croissance des volumes, d’exploitation rapide des données ou encore de protection de l’information que les grandes. Pourtant, de nombreuses offres dites « midrange », dédiées à ce type d’entreprise, proposent des capacités limitées. « Leurs managers informatiques recherchent des solutions efficaces, qui ne soient ni des empilements de petits serveurs NAS ni des versions dégradées ou simplifiées des grands systèmes utilisés par les « corporates » », peut-on lire sur ZDNet.

Le midrange sans concessions

Chez Dell EMC, voici maintenant 3 ans que les clients ont adopté le stockage milieu de gamme Unity, séduits par son équilibre simplicité/performance/coût. Plus de 40 000 systèmes ont été vendus dans le monde. Les solutions Unity ont fait leur réputation sur leur simplicité opérationnelle et leur capacité à consolider les données en mode bloc et fichier ainsi que les VVols VMware sur une même plateforme. Le dernier Dell Technologies World a été l’occasion de présenter la nouvelle génération baptisée Unity XT. Sa mission : proposer une infrastructure à prix midrange sans les concessions que l’on retrouve fréquemment sur le marché.

  • Crime n°1 : la performance

Certaines plateformes midrange, et particulièrement les architectures active-passive, connaissent des difficultés à traiter les données, les réduire et exécuter des services comme la réplication, sans nuire aux performances applicatives. Le midrange fait en effet souvent l’impasse sur les technologies les plus avancées. Avec des IOPS multipliés par deux, une latence réduite de 75 % et 52 % de bureaux virtuels supportés en plus, la série Unity XT passe un cap en termes de performances, sans concessions sur la sécurité grâce aux Snapshots et mécanismes de PRA intégrés. Mais surtout, en proposant une architecture « NVMe ready », elle marque le commencement d’une démocratisation du nouveau protocole de stockage et démontre que l’innovation n’est pas réservée aux solutions les plus coûteuses.  Le support NVMe va permettre aux entreprises de pérenniser leur investissement en s’assurant de pouvoir prendre en charge les futurs supports de stockage qui sortiront dans les prochains mois ou années et ainsi conserver une capacité d’évolution.

  • Crime n°2 : les services

Alors qu’une solution efficace repose sur un couple matériel et logiciel performant, les plateformes midrange tendent à rogner sur les services de gestion des données, comme la déduplication, la compression ou encore la sauvegarde et restauration. La gamme Unity XT améliore non seulement ses capacités de réduction des données, grâce à la déduplication « Inline » allant jusqu’à un taux de 5 :1, mais également son efficacité puisqu’elle peut utiliser 85 % de sa capacité système. Pour la concurrence, le châtiment est immédiat puisque les baies Unity XT s’avèrent en moyenne 29 % plus efficiente que les offres milieu de gamme concurrentes.

  • Crime n°3 : l’agilité

Il est très probable que votre datacenter se dirige vers un environnement exploitant non pas un, mais de multiples services de cloud public en association avec votre infrastructure sur site. Selon une étude Forrester menée auprès de plus de 700 responsables cloud, dont 45 % travaillent dans des entreprises de taille intermédiaire, 86 % des répondants déclarent que leur organisation est entrée dans une stratégie multicloud. Les données vont donc être de plus en plus amenées à naviguer entre différentes plateformes et cette réalité doit être prise en compte par l’infrastructure de stockage qui doit offrir une grande souplesse de gestion afin d’éviter un phénomène de saturation entre « Data-zones ». Dell EMC Unity XT s’inscrit dans cette stratégie en facilitant la création de ponts avec les grands CSP, notamment via les Dell EMC Cloud Storage Services. Ses outils de Management, Monitoring et Capacity Planning intégrables à VMware Vcenter via VSI offre à l’administrateur systèmes un véritable « command center » de pilotage de son infrastructure cloud hybride.

Continue Reading
Aimeriez-vous lire davantage de contenus similaires ?

Related Posts

Un autre cloud est possible

Alors que les entreprises utilisent de plus en plus de services cloud, la multiplication des technologies et des fournisseurs accroit la complexité, et paradoxalement, réduit l’agilité de l’ensemble. Le c … EN SAVOIR PLUS

Sébastien Verger 2 septembre 2019
Charger plus d'articles
Tous les commentaires sont soumis à l'équipe de modération. Les commentaires sans rapport avec la publication et les demandes de services ne seront pas publiés, tout comme les contenus jugés inappropriés, incluant sans s'y limiter, les commentaires promotionnels ou offensants. Merci de publier vos questions techniques sur le forum dédié au support ou de contacter le support DELL EMC pour le service client et le support technique.