La VPC passe à la phase 2 de sa transformation

Partager :
Copied!

La VPC passe à la phase 2 de sa transformation

Après un premier basculement vers le e-commerce, les entreprises de vente par correspondance doivent désormais optimiser leurs infrastructures technologiques pour gagner en agilité. Exemple gagnant avec Afibel, spécialiste du prêt-à-porter.

Les acteurs de la vente par correspondance ont vécu en première ligne les prémices de ce qu’on appelle aujourd’hui la transformation digitale. Leur activité de vente à distance, basée notamment sur des catalogues papier, a été radicalement transformée par l’arrivée d’internet et des plateformes e-commerce. Mais plus que le support de vente, ce sont l’ensemble des processus (achat, conditionnement, stockage, préparation, transport, etc.) qui ont dû être revus à l’aune des nouvelles technologies numériques. Petit à petit, les datacenters ont pris le pas sur les imprimeries, et les commerçants ont dû intégrer l’IT comme un composant à part entière de leur métier. Brique après brique, ils ont construit des infrastructures capables de prendre en charge non seulement les applications dites « customer facing » mais aussi le back-office et les progiciels métier. Mais le temps est venu de passer à l’étape suivante. Car d’année en année, différentes couches d’équipements hétérogènes ont été assemblées, rendant la gestion de l’ensemble de plus en plus complexe. Et donc de plus en plus coûteuse.

Un environnement complexe à maintenir

C’est ce qui est arrivé à l’enseigne de prêt à porter Afibel. Née en 1954, celle-ci a su prendre avec succès le virage digital pour compter aujourd’hui plus de 1,5 million de clients actifs. Mais avec des matériels de différents fournisseurs, pas toujours compatibles entre eux, les problèmes de mise à jour logicielle sont devenus de plus en plus fréquents et ses deux datacenters ont commencé à devenir un lourd centre de coûts plutôt qu’une source de business. « J’avais besoin à la fois d’améliorer la performance de notre informatique, pour prendre en charge le rôle croissant des logiciels dans le fonctionnement de notre activité, mais aussi d’être plus confiant quant au fait que nos systèmes métier stratégiques étaient toujours à jour, explique Frédéric Vast, DSI d’Afibel. Pour répondre à ce double enjeu de hausse des performances et de simplification de la gestion, deux technologies tiennent actuellement la corde : le flash et l’hyperconvergence.

Performance et intelligence

Le flash a déjà largement démontré sa capacité à accélérer les opérations dans de nombreuses entreprises. Le déploiement effectué par Afibel vient donc apporter une nouvelle pierre à un édifice déjà bien solide. En misant sur des infrastructures 100 % flash, le « VPCiste » a tout simplement multiplié par dix la vitesse de certains traitements. Mais acquérir du matériel puissant n’est pas tout. Encore faut-il être en mesure de l’employer à bon escient et de répondre efficacement aux besoins exprimés par les utilisateurs, en délivrant les bonnes ressources au bon moment. Pour tirer parti au maximum de ces supports flash, Afibel a donc opté pour une solution hyperconvergée VxRail, qui lui permettait de consolider sa plateforme multifournisseur existante sur un environnement standardisé. « Les tâches d’administration sont simplifiées grâce à l’utilisation de VMware vCenter Server et l’évolutivité de la solution permet d’ajouter des appliances pour s’adapter à la croissance », poursuit Frédéric Vast.

L’innovation débridée

Infrastructure moderne et gestion intelligente forment un terreau forcément fertile pour l’innovation. Fort de leur nouvel environnement agile, les équipes IT d’Afibel sont désormais en mesure de déployer des machines virtuelles en quelques minutes, quand il leur fallait plusieurs heures auparavant. Des idées à fort potentiel peuvent ainsi être testées sans délai et les projets les plus prometteurs peuvent être lancées tout aussi rapidement. Les clusters VxRail bénéficient également d’un basculement automatisé qui évite toute interruption de service si une VM venait à s’arrêter. « Les entreprises sont de plus en plus pilotées par logiciel, constate le DSI. Avec VxRail, nous détenons la plateforme pour mener à bien cette transition ». Et quid de la problématique de départ ? « Maintenant que nous utilisons VxRail, les mises à jour sont plus simples, sans risque d’incompatibilité d’un équipement avec les nouveaux correctifs, souligne Frédéric Vast. Nous sommes bien plus confiants lorsque nous déployons des mises à jour sur des applications stratégiques ». Et donc bien plus sereins quant à la capacité de l’organisation à s’adapter aux futures évolutions du secteur.

Pour plus de détails sur le passage d’Afibel à l’entreprise pilotée par logiciel, téléchargez le compte-rendu complet du projet.

Continue Reading
Aimeriez-vous lire davantage de contenus similaires ?

Related Posts

Un autre cloud est possible

Alors que les entreprises utilisent de plus en plus de services cloud, la multiplication des technologies et des fournisseurs accroit la complexité, et paradoxalement, réduit l’agilité de l’ensemble. Le c … EN SAVOIR PLUS

Sébastien Verger 2 septembre 2019
Charger plus d'articles
Tous les commentaires sont soumis à l'équipe de modération. Les commentaires sans rapport avec la publication et les demandes de services ne seront pas publiés, tout comme les contenus jugés inappropriés, incluant sans s'y limiter, les commentaires promotionnels ou offensants. Merci de publier vos questions techniques sur le forum dédié au support ou de contacter le support DELL EMC pour le service client et le support technique.